De Pencadenic à Pentès,

Il ne faut que quelques battements d'ailes pour un de ces oiseaux qui règnent sur ce territoire profondément pénétré par la mer.

Sur deux jambes, en revanche, il faut contourner chacun de ces étiers et de ces marais; c'est plus long, mais c'est l'occasion de découvrir des endroits isolés, au caractère fort, où semble régner l'âme de tous les marins, ostréiculteurs et cultivateurs qui se sont succédés ici au fil des siècles.

Une charmante petite chapelle (Saint-Anne de Grapon) occupe d'ailleurs une petite butte surplombant un marais envahi par les roseaux.

L'endroit est tellement beau qu'il semble être une ode à la solitude.













66 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout